Divers

COLCHIQUE D'AUTOMNE, Planter, entretenir, diviser avec Notre site Web !

COLCHIQUE D'AUTOMNE, Planter, entretenir, diviser avec Notre site Web !


Colchique ou belle d’automne…

Elle possède beaucoup de noms cette fleur : colchique d’automne, safran des prés, crocus d’automne, safran bâtard… C’est la cousine lointaine du crocus les 2 plantes ne sont pas du même genre, c’est surtout sa cousine d’été et d’automne au jardin. Attention contrairement au crocus dont on récolte les pistils pour faire du safran, la colchique est toxique par ingestion.

La plante produit tout d’abord les grandes fleurs dressées, ensuite les feuilles, qui resteront jusqu’au printemps.
Le colchique a une particularité, c’est le corme. C’est une sorte de bulbe – qui n’en n’est pas un – c’est en fait une forte tige dont la base est recouverte d’écailles. C’est cette tige qui se développe pour former les fleurs, puis les feuilles. Les fleurs ressemblent à celle d’un crocus. Le colchique – Colchicum automnale – est LE genre de colchique le plus cultivé, bien qu’assez peu cultivé dans nos jardins finalement. On le trouve encore parfois, à l’état sauvage, dans l’est de la france.

Nom botanique :

Colchicum

Type de plante

Famille : Colchicaceae ou Liliacées
• Cycle : plante vivace
• Rusticité : rustique -15°C
Feuillage : caduc
Exposition : mi-ombre – ombre
Sol : humifère, frais à humide
• Port : erigé
• Enracinement : Corme

Particularités

• Info : la colchique contient de la colchicine utilisée dans la fabrication de médicaments.
• Résistance au froid :
jusque -15°C
Floraison : été et automne
Entretien : rien
Hauteur : 10 à 25 cm
• Toxicité : Toxique par ingestion

Quand les planter ?

• Plantation des cormes en avril, mai et juin
• En automne, dans les régions où l’hiver est froid jusque -10-15°C.

Comment les planter ?

Préparez le sol :

• Creusez sur la profondeur d’une demi-bêche environ 15 cm de profondeur.
• Selon la nature du sol, renforcez compost et du terreau.
• Sortez le plant du conteneur et griffez la motte avec la main ou avec un râteau à main.
• Placez le plant.
• Laissez 10-15 cm d’espace entre les plantations.
• Tassez, arrosez, c’est planté !

L’info du jardiner :

• Le crome s’enfonce dans la terre année après années.
• Il n’apprécie pas d’être déplacé.

Période de floraison :

• De juillet à novembre

Entretien:

• Arrosage : l’été si besoin, sol frais.

Quelques variétés…

• Colchicum speciosum : rose pourpré, au coeur blanc
• Colchicum byzantum : fleurit dans sans terre et sans eau, couleur blanche ou mauve
• Colchicum automnale : rose, mauve, ou blanc

S’accorde avec

• Des cyclamens, cyclamens coum et toutes les petites fleurs d’ombre et d’automne.

Avec ou sans jardin…

Au jardin : en bordure, en rocaille, en sous bois clair
Sans jardin : en pot avec des heuchères.

On récapitule

• Vivace : vivace
• Rusticité : jusque -15°C
• Floraison : été et automne
• Couleur : blanc, rose, violet, mauve (certaines variétés de Colchicum existe en jaune)
• Type de sol : riche humifère et frais
• Plantation : pleine terre – plantation des cormes (genre de bulbe) en juillet ou août.
• Entretien : sol frais tout l’été et recouvrir les bulbes de composte en septembre
• Utilisation : sous bois, massif ombragé

Exposition

Arrosage

Haut.

Espace entre les plants

Profondeur

mi-ombre – ombre

sol frais

15 à 25 cm

10 cm

10-15 cm


Ornithogale : Plante, culture, taille et entretien

Originaire d’Afrique du Sud, cette plante à bulbe fait partie de la famille des liliacées. Il existe actuellement 80 espèces différentes de cette plante. Offrant une magnifique floraison orange au cours du mois de mars, cette plante vivace peut atteindre une hauteur de 30 cm.

Cette fleur se rencontre généralement dans les pentes caillouteuses. Cette plante peut être plantée en extérieur certes, mais l’ornithogalum est une plante plus adaptée à un développement en intérieur. L’ornithogalum est une plante comportant des bulbes de grosse taille et d’où naissent plusieurs hampes florales. Les fleurs qui sont plutôt grandes se regroupent par groupe.

Généralement, vous pourrez profiter de cette belle floraison durant un mois. N’oublions pas de préciser que cette plante est australe, cela signifie donc qu’elle fleurit durant l’été pluvieux au cœur de l’Afrique et se repose en hiver lorsque le temps est sec. Cependant, en se développant en Europe cela est différent. La floraison se découle de la fin de l’hiver au début du printemps et elle entre en dormance durant l’été jusqu’au début de l’automne.


Le JardinOscope coté pratique, les bons gestes à faire au jardin

Les chrysanthèmes dont le nom signifie 'fleur d'or' en grec, sont des plantes de la Famille des Asteracées trop systèmatiquement associées aux potées déposées sur les tombes chaque année à la Toussaint. Certes, avec plus de 23 millions de plants achetés chaque année, ce sont sans doute les plantes les plus vendues fin octobre - début novembre. Mais de nombreuses variétés vivaces sont proposées sous le nom de 'Marguerite d'automne', histoire de faire oublier les cimetières et redonner à ces fleurs une place qu'elles méritent dans nos jardins. A côté des asters, les chrysanthèmes assurent le spectacle automnal grâce à une large palette de couleurs (blanc, jaune, orange, rouge, bicolore. ) et de formes.


Chrysanthemum indicum orange

1> Quand et où faut-il les planter ?
Vous ne devez pas les planter en automne, mais au printemps, une fois les dernières gelées passées. La marguerite d'automne, comme tous les chrysanthèmes, a besoin de soleil: choisissez un massif bien dégagé où vous avez travaillé et amendé régulièrement la terre. En août, épandre chaque année un peu d'engrais (12-12-23) au pied de vos chrysanthèmes.

Le rempotage : Rempotez mi-mai pour les uniflores, en avril-mai pour les cascades, et début juin pour les potées et fleurs à couper.


Chrysanthemum indicum rose-fuchsia

2> Sont ils vraiment rustiques ?
Les marguerites d'automne sont rustiques toutefois, si vous les plantez en fleurs en automne, à un moment où elles ne supportent pas la transplantation, certaines ne résisteront pas aux rigueurs de l'hiver. De plus, les chrysanthèmes achetés à Toussaint ont subi un "forçage" qui les affaiblit au niveau des racines et de la végétation.

En pratique: Mettez en place des petits plants au printemps en améliorant le drainage du sol, surtout dans les terres riches. Enfin, ne nettoyez jamais complètement les plantes avant l'hiver.

Vous pouvez aussi conserver les chrysanthèmes achetés à l'automne sous abri et les régénérer dès février - mars en reprenant les arrosages de la potée, dans une pièce ou une véranda à température moyenne afin de favoriser la formation de rejets.

3> Qu'est ce qu'un chrysanthème en cascade:
Les "cascades" sont un groupe à part avec des variétés nommées "cascades d’Orléans" . Elles exigent un protocole de culture compliqué, répété chaque année, mis au point par des horticulteurs japonais.
Le principe est de laisser s'allonger la tige principale sans jamais la pincer, en la maintenant inclinée à 45° à l'aide de tuteurs (Voir photos ci dessous). Les tiges latérales se forment ainsi toutes du même côté. Elles sont pincées à intervalles réguliers, du printemps jusqu'au 15 septembre, de façon à maintenir une cascade régulière.

4> Comment multiplier les chrysanthèmes ?

  • Le bouturage en vert est la méthode la plus pratiquée. Vous coupez des morceaux de tiges de 8 à 10 cm que vous effeuillez à la base, en laissant 2 ou 3 feuilles. Placez ensuite les boutures à l'étouffé à 20-25°C pour un enracinement qui arrivera dans les 15 jours environ. Vous pouvez ainsi bouturer dès janvier les cascades, mi-février les uniflore, les autres variétés à partir du mois de mai.
  • ou bien vous récupérez des rejets qui apparaissent à la base des pieds mères.
  • La division : Les amateurs préfèrent les rejets qui reprennent très bien dehors à partir du 15 avril et donnent tout de suite des plants forts.
  • Dans tous les cas l'enracinement se fait en godets ou en terrine, dans un terreau de bouture, plutôt riche.
  • Les professionnels utilisent la bouture traditionnelle qui leur permet de prélever dès la fin de l'hiver.

5> Dans quelle terre les planter au jardin ?
Les chrysanthèmes ont gagné à tord une réputation de gourmands à force d'être "engraissé" en pot.
Au jardin, la marguerite d'automne n'est ni plus, ni moins vorace que des asters ou autres vivaces.

Conseils de substrat et d'engrais à faire soi-même :
Dans une brouette de 60 litres, mélangez :
30 litres de tourbe blonde
15 litres de terreau issu de votre composteur
15 litres de terre de jardin
200 g d'engrais à base de fumiers de bovins, de chevaux et/ou de volailles (Bochevo)
200 g d'engrais libération lente 16-8-12

6> Quelles maladies sont à redouter ?

  • L’ oïdium est à craindre chez certaines variétés, mais la maladie la plus grave est la rouille qui se développe dans les pots mal nourris ou surchargés en azote. Il faut d'abord rétablir un équilibre alimentaire avec des doses d'engrais.
  • Les chrysanthèmes peuvent aussi être soumis à des attaques de parasites: Pucerons en plein air, nématodes en serre, araignées rouges, thrips, aleurodes, mineuses, sans oublier les limaces. à combattre par des pulvérisations d'insecticide ou de nématicide, ou tout moyens appropriés dès les premiers symptômes.

7> Pourquoi sacrifier des pousses ou des bourgeons ?
En supprimant les pousses auxiliaires sous un bouton terminal, on obtient plus qu'une fleur mais plus grosses sur une tige vigoureuse. Utilisez cette méthode pour former de belles têtes de chrysanthème. Plus tôt vous interviendrez dans le développement de la plante, plus l'effet sera amplifié.

L'ébourgeonnement peut aussi se pratiquer sur une plante qu'on a laissé se ramifier dans un premier temps. Le principe reste le même: éliminer les bourgeons concurrents d'une fleur terminale.

Pour les uniflores, l'ébourgeonnage consiste à supprimer les bourgeons latéraux dès leur apparition afin d'obtenir une plus grosse fleur. Si le premiers bouton apparait en juin-juillet, supprimez-le vous sélectionnerez alors le bouton qui apparaitra après le 15 août en préservant néanmoins un bouton de secours.

8> A quoi sert le pincement ?
Le pincement vise à obtenir des formes trapues, en raccourcissant les tiges, qui vont ainsi se ramifier. Le nombre de fleurs augmente en rapport avec le nombre de ramifications. Le premier pincement s'effectue très tôt sur la bouture qu'on étête sur environ 2 à 3 cm. Il est suivi un mois et demi plus tard d'une deuxième série de pincements sur chaque tiges.

Pour reconstituer des touffes bien rondes et ramifiées, en juin, coupez le tiers supérieur des tiges du centre et à demi hauteur celles du pourtour.


Banc public fleuri Place de l'Eglise à Saint-Jean-Le-Blanc (45)

9> Comment préserver les pieds de chrysanthèmes en hiver ?

  • Quand les parties aériennes sont fanées et sèches (fin novembre ou début décembre en principe), taillez court les plantes 3 cm au dessus du niveau de la terre, supprimez les drageons et les mauvaises herbes.
  • Pour les plantes en pot, gratter la surface de la terre pour aérer le substrat.
  • Sachez que l'excès d'humidité et le vent ne conviennent pas aux chrysanthèmes et sont plus à craindre que le gel.
  • Si la température descend en dessous de -10°C, enfoncez si possible les pots dans le sol pour éviter que la plante gèle par les racines et si le temps devient vraiment trop froid, recouvrez les plantes avec un matelas de feuilles sèches. Notez que vous devrez ôter ces feuilles dès que le froid est fini.
  • Pensez à protéger vos plantes des limaces et escargots dès les premiers beaux jours et reprenez alors les arrosages progressivement fin février, début mars.


Où planter la mauve ?

Vous avez le choix entre la mauve en plants ou en graines, et de ce fait vous disposez de trois possibilités pour la planter ou la semer :

Vous pouvez la semer en caissette en la plaçant à mi-ombre.

Vous pouvez aussi choisir de la mettre en pleine terre, au soleil, et dans un sol ordinaire à condition qu’il soit bien drainé. Elle aime les terrains pauvres et les sols secs et légers.

Vous pouvez également la planter en pot sur votre terrasse ou votre balcon au soleil de préférence.

Cette plante fleurit plus facilement et plus abondamment au soleil.

Elle apprécie les sols pauvres et même un peu calcaires, plutôt secs et bien drainés.


  • Légumes : artichaut, asperge, blette, carotte, endive, épinard, laitue, navet, radis
  • Fruits : fraise, kiwi, rhubarbe
  • Aromates : aneth, cerfeuil, oseille, persil, thym

Cet article vous a plu ? Épinglez-le sur Pinterest !

Allez, on se retrouve le mois prochain pour de nouveaux conseils jardinage… Bon mois d’avril à tou·te·s !


Comment planter et cultiver le rhodohypoxis ?

Le rhodohypoxis est une plante originaire d’une région chaude et humide, mais l’hiver se montre sec. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle présente une sorte de rusticité au cœur de l’Europe. N’ayant pas peur du froid, cette plante redoute cependant l’humidité présente à proximité de ses racines. Si vous désirez cultiver cette plante de façon simple, il est recommandé de l’installer dans un pot qui vous permettra ainsi de la placer facilement à l’abri du gel au cours de la saison hivernale.

Nous vous conseillons de planter le rhodohypoxis au cours de la saison printanière dans une terre parfaitement drainée pour favoriser son développement. Durant la saison de floraison, cette plante a besoin d’un sol humide, mais les racines ne doivent pas être inondées par l’eau. Pour cela, préparez un pot de sable non calcaire et de terreau riche en matière organique. Vous pouvez également favoriser le drainage en ajoutant des billes d’argile dans le fond. Bien évidemment, il sera nécessaire de mettre en place un arrosage de qualité. Sachez que votre plante doit impérativement être placée dans une situation ensoleillée, de manière à recevoir plusieurs heures de soleil par jour. Tous les mois, il est recommandé de lui apporter également une petite touche d’engrais pour l’aider à se développer et profiter d’une belle floraison.

Lorsque la floraison sera terminée à la fin de l’été, il sera alors nécessaire de stopper vos arrosages et de placer votre pot à l’abri du gel, mais également de la pluie qui peut apparaître au cours de l’hiver. Si vous avez pris la décision d’installer votre plante en pleine terre, vous pouvez très bien retirer vos bulbes pou les protéger. Si vous résidez dans une région non touchée par le gel, vous pourrez alors très bien installer uniquement une protection contre les précipitations hivernales.


  • Pour planter les asters, il suffit d’ouvrir une large cuvette et d’enrichir le sol avec du fumier ou du compost et de l’engrais organique.
  • Enterrez ensuite la souche
  • Tassez légèrement la terre.

Multiplier des asters

L’aster peut être multiplié soit par division, soit par bouturage.

Diviser l’aster

  • Il faut réaliser cette opération au printemps ou à la fin de l’automne :
  • Déterrez la souche et détachez les parties périphériques jeunes et vigoureuses.
  • Vous replantez chaque partie à différents endroits.
  • Il faudra prendre soin de choisir un endroit frais si votre plant est atteint par l’oïdium.

Bouturer un aster

Le bouturage se fait au printemps et sur branches tendre. Il faut savoir que les plants obtenus sont moins vigoureux que ceux que vous obtenez avec la division. Il faudra ensuite attendre deux ou trois ans avant qu’ils ne fleurissent.


A savoir sur le lupin

Formée de grappes dressées et serrées de 50 à 60 cm de haut, cette plante s’adapte très bien aux massifs et aux jardins sauvages.

La floraison est généreuse et viendra mettre beaucoup de couleur et de volupté à votre jardin, notamment à vos massifs et bordures.

Les lupins s’adaptent par ailleurs parfaitement aux bouquets, il suffit pour cela de couper la hampe florale au pied de la tige.

On cultive les lupins depuis plus de 4000 ans afin d’utiliser leurs graines, riches en protéines, dans l’alimentation des animaux. Mais attention, de nombreuses espèces sont toxiques et ne doivent donc pas être consommées. (Photo ©Yuli)


Video: La colchiques fleur magique